Archives du mot-clé Performance

On parle de bâtiment à énergie positive : pourquoi pas d’individu à énergie positive ?

Comment devenir un homme ou une femme à énergie positive ?

On parle de bâtiment à énergie positive : c’est un lieu qui dépense moins d’énergie qu’il n’en redonne au milieu ambiant.

Quelle analogie peut-on créer pour les individus ?

Un individu est-il capable de redonner à la structure dans laquelle il vit plus d’énergie que la quantité qu’il consomme pendant le temps où il est dans ce milieu ? Et quel pourrait être l’intérêt pour une entreprise de s’entourer de ce type de profil ?

Mon expérience dans l’accompagnement des humains me fait dire que oui. Oui cela est possible si l’individu réussi à avoir accès à une source de récupération d’énergie afin de ne pas s’épuiser.

Si une même personne tient le service, ou tient toute l’équipe, elle risque au bout d’un moment d’épuiser ses ressources.

Alors pour rester à énergie positive, il faut qu’elle se centre sur elle en premier.

Comment parler du bien-être en entreprise sans parler de la dimension individuelle ? Impensable.

L’individu à énergie positive doit, me semble-t-il, faire preuve de qualités humaines qui place l’ego loin derrière ses agissements.  C’est à dire que par différentes sources de développements, l’individu vit des expériences de vie ou un cheminement qui le font avancer sur le parcours de sa connaissance individuelle.

L’individu à énergie positive est capable d’avoir conscience de lui et des autres qui l’entourent et il a développé des capacités d’interaction individuelle avec son milieu.

Voici les capacités à développer pour développer les individus à énergie positive.

1 Savoir gérer un éventuel stress ambiant

2 S’isoler des « ponts énergétiques »  et ne pas mélanger le milieu et notre personne.

Ca crise autour de nous, mais pas en nous. Ca crise en nous, mais pas autour de nous.

3 Avoir développé une étanchéité aux facteurs externes qui ne génèrent plus d’émotionnel en nous

4 Limiter les déperditions énergétiques par la respiration

5 Capter ses propres sources de motivation

6 Savoir se protéger du stress

7 Limiter les consommations d’énergie de nos appareils internes

Manger sain, respirer un air sain,  boire sain, être bien positionné en ergonomie

8 Se développer pour savoir capter l’énergie

9 Etre capable de transmettre et parler aux autres de nos expérience positives : c’est l’irrigation.

10 Traiter toute source de problème à la base pour les évacuer comme des déchets : c’est la dépuration.

Bonne nouvelle : toute l’énergie excédentaire peut être fournie aux individus voisins !

De même que l’on parle de territoire à énergie positive, si l’on développe les individus à énergie positive, on pourra développer des entreprises à énergie positive.
Tous les individus n’ont pas vocation à être à énergie positive. De même qu’une ville a un parc de logements tout à fait hétéroclites entre les nouveaux qui respectent les normes, les anciens, les maisons individuelles, les logements collectifs. Il en est de même pour les humains.

Il y a ceux qui, dans une même entreprise, vivent à énergie positive, ceux qui « pompent l’énergie des autres », ceux qui sont indifférents aux autres. Si une entreprise mise sur le développement d’individus à énergie positive, elle-même ressortira grandit et composera l’entreprise à énergie positive.

 

performance, indicateurs, objectifs

Des victoires après des victoires…

 

« Un travail réglé et des victoires après des victoires, voilà sans doute la formule du bonheur. »

Alain dans Propos sur le Bonheur

 

Un travail réglé :

Nous invite à réfléchir sur la notion d’organisation et de compétences.

Peut-être aussi aurons-nous à réfléchir sur les critères acceptables pour nous afin de ne pas sombrer dans le comportement de quelqu’un qui n’est jamais satisfait.

Des victoires après des victoires :

Laisse entendre que les objectifs sont atteignables (fixation d’objectifs SMART)

Laisse imaginer que l’accompagnement par le management va nous permettre de célébrer ces victoires pour nourrir notre satisfaction personnelle et notre besoin de considération.

Les KPI alimentent-ils un cercle vertueux ou un cercle vicieux ?

 

Les KPI sont au service de la stratégie de l’entreprise. Ils vont vivre et font alors naitre des chiffres factuels, reflets d’une réalité. Ce qui devient intéressant au niveau des équipes c’est comment les équipes vont-elles s’approprier cette réalité ?

De quelle façon ces infos concrètes vont-elles être gérées dans l’entreprise ? Selon son attitude et ses décisions,  le management va 1) créer l’émulation et l’adhésion au cercle vertueux ou au contraire

2) générer des peurs et un cercle vicieux, engendrant indirectement, stress et arrêt de travail.

Le 22 janvier 2015, Elodie BUZAUD a rédigé un article sur le site de Cadremploi.

http://www.cadremploi.fr/editorial/actualites/actu-emploi/detail/article/la-pression-du-chiffre-fait-mal-a-la-sante-des-cadres0.html

L’article mentionne notamment la Direction Participative Par les Objectifs. C’est une méthode que j’ai éprouvé à mes débuts professionnels lorsque dans l’industrie pharmaceutique, j’étais responsable d’un secteur. En 1993, nous fixions nos objectifs terrain avec le directeur régional. Et comme ce chiffre n’était pas « pondu » par la direction, les gens du terrain était motivé pour réaliser ce sur quoi ils s’étaient eux-même engagés. Quelle motivation, quelle émulation ! Parce que on nous faisait confiance, et la responsabilisation amène le dépassement de soi !! Libérez l’être humain dans l’entreprise par la réalisation personnelle et la responsabilisation.

 

 

Les 7 conseils pour mettre en place les indicateurs de performance

L’utilisation des KPI -Key Performance Indicators- s’est développé depuis les 20 dernières années pour devenir un incontournable des entreprises efficaces.

Dans mon ancienne activité professionnelle, je dirigeais un service dont une des missions était l’analyse des données et la mise en place des plans d’actions régionaux. Inutile de préciser que nous fonctionnions avec les KPI depuis de nombreuses années. L’intérêt des KPI est de fournir une vision synthétique à la direction, au Codir, aux différents chefs de services et aux employés. Une analyse suivie à tous les niveaux pour décliner la stratégie de l’entreprise.

Voici quelques conseils pour que les critères de performance soient totalement bénéfiques.

Bien choisir les KPI par une réflexion en amont et à tous les niveaux de la hiérarchie

Relier les Kpi aux objectifs

Trop de KPI tue l’info : sélectionner les indicateurs

Assurer le suivi régulier des KPI : automatiser la génération du suivi et soigner la présentation

Analyser les écarts entre l’attendu et le réel

Faire naître des décisions concrètes à tous les niveaux suite à l’analyse des KPI

Accompagner le middle management qui se retrouve trop souvent seul entre la direction et les équipes à gérer les inconforts émotionnels que procurent l’analyse des chiffres.

Les Kpi sont l’affaire de tous. La déclinaison et l’appropriation de ces indicateurs par tous donnera la force à la dynamique que requiert l’entreprise pour l’atteinte de ses résultats.



 

Bonheur et performance

Dans notre société, le bonheur est souvent en opposition avec performance.

Le bonheur est dans le choix.

La performance est une obligation pour certains.

Conjuguer le bonheur et la performance, c’est peut-être ouvrir une piste pour libérer l’individu de son obligation de réussir.

Choisir le bonheur est devenu un acte militant. Etre en bonheur semble étonnant aux yeux de beaucoup. Non, je ne suis pas à part… je suis juste humaine, consciente de la richesse de la Vie.
Avec cette folle envie de « vivre le bonheur tant qu’il en est encore temps ».

Choisir le bonheur, c’est être à la bonne heure !  Maintenant, c’est la bonne heure…la bonne heure pour profiter, la bonne heure pour choisir, la bonne heure pour échanger, la bonne heure pour dire non, la bonne heure pour vivre, la bonne heure pour réussir, la bonne heure pour concrétiser.

J’ai bien dit maintenant… hier c’est déjà trop tard et demain n’est pas encore là.

 

C’est quand le bonheur ?

L’éducation que nous avons reçue de toujours croire que le bonheur viendra… plus tard.

Il est bonne heure moins le quart.

Je me souviens d’une personne en fin de vie. Ses propos m’avaient parlé.

Elle et son mari vivaient de cultures et produisaient des fruits et légumes. Elle se rappelait ses années de labeur, dures et sans répit. « IL y avait toujours des cassis, des courgettes ou des pommes de terre à cueillir, laver et trier.

Je me disais qu’un jour je profiterai de ma retraite, je ferai un voyage avec mon mari, ce que nous n’avons jamais fait de notre vie car il fallait être présents, toujours présents.

Et au seuil de cette porte qui allait s’ouvrir vers une liberté rêvée, on m’a diagnostiqué un cancer. Et voilà… patatra les rêves de voyage. Me voilà sur ce lit, sans jamais avoir profité de rien ! »

Ce blog est là pour dire n’attendons pas …Il est l’heure du bonheur !

Créons un cercle vertueux qui nous permet d’être performant pour soi et pour les autres.

Souvenez-vous des jours où vous êtes bien dans votre peau. N’êtes-vous pas plus performant dans vos activités ?
Debout ! Nous pouvons être heureux et productifs en même temps.

C’est parce que je suis convaincue de cette idée que j’ai envie de partager les enjeux du bonheur comme source d’innovations et de compétitivité.