Tous les articles par Isabelle Comtet

On parle de bâtiment à énergie positive : pourquoi pas d’individu à énergie positive ?

Comment devenir un homme ou une femme à énergie positive ?

On parle de bâtiment à énergie positive : c’est un lieu qui dépense moins d’énergie qu’il n’en redonne au milieu ambiant.

Quelle analogie peut-on créer pour les individus ?

Un individu est-il capable de redonner à la structure dans laquelle il vit plus d’énergie que la quantité qu’il consomme pendant le temps où il est dans ce milieu ? Et quel pourrait être l’intérêt pour une entreprise de s’entourer de ce type de profil ?

Mon expérience dans l’accompagnement des humains me fait dire que oui. Oui cela est possible si l’individu réussi à avoir accès à une source de récupération d’énergie afin de ne pas s’épuiser.

Si une même personne tient le service, ou tient toute l’équipe, elle risque au bout d’un moment d’épuiser ses ressources.

Alors pour rester à énergie positive, il faut qu’elle se centre sur elle en premier.

Comment parler du bien-être en entreprise sans parler de la dimension individuelle ? Impensable.

L’individu à énergie positive doit, me semble-t-il, faire preuve de qualités humaines qui place l’ego loin derrière ses agissements.  C’est à dire que par différentes sources de développements, l’individu vit des expériences de vie ou un cheminement qui le font avancer sur le parcours de sa connaissance individuelle.

L’individu à énergie positive est capable d’avoir conscience de lui et des autres qui l’entourent et il a développé des capacités d’interaction individuelle avec son milieu.

Voici les capacités à développer pour développer les individus à énergie positive.

1 Savoir gérer un éventuel stress ambiant

2 S’isoler des « ponts énergétiques »  et ne pas mélanger le milieu et notre personne.

Ca crise autour de nous, mais pas en nous. Ca crise en nous, mais pas autour de nous.

3 Avoir développé une étanchéité aux facteurs externes qui ne génèrent plus d’émotionnel en nous

4 Limiter les déperditions énergétiques par la respiration

5 Capter ses propres sources de motivation

6 Savoir se protéger du stress

7 Limiter les consommations d’énergie de nos appareils internes

Manger sain, respirer un air sain,  boire sain, être bien positionné en ergonomie

8 Se développer pour savoir capter l’énergie

9 Etre capable de transmettre et parler aux autres de nos expérience positives : c’est l’irrigation.

10 Traiter toute source de problème à la base pour les évacuer comme des déchets : c’est la dépuration.

Bonne nouvelle : toute l’énergie excédentaire peut être fournie aux individus voisins !

De même que l’on parle de territoire à énergie positive, si l’on développe les individus à énergie positive, on pourra développer des entreprises à énergie positive.
Tous les individus n’ont pas vocation à être à énergie positive. De même qu’une ville a un parc de logements tout à fait hétéroclites entre les nouveaux qui respectent les normes, les anciens, les maisons individuelles, les logements collectifs. Il en est de même pour les humains.

Il y a ceux qui, dans une même entreprise, vivent à énergie positive, ceux qui « pompent l’énergie des autres », ceux qui sont indifférents aux autres. Si une entreprise mise sur le développement d’individus à énergie positive, elle-même ressortira grandit et composera l’entreprise à énergie positive.

 

performance, indicateurs, objectifs

Des victoires après des victoires…

 

« Un travail réglé et des victoires après des victoires, voilà sans doute la formule du bonheur. »

Alain dans Propos sur le Bonheur

 

Un travail réglé :

Nous invite à réfléchir sur la notion d’organisation et de compétences.

Peut-être aussi aurons-nous à réfléchir sur les critères acceptables pour nous afin de ne pas sombrer dans le comportement de quelqu’un qui n’est jamais satisfait.

Des victoires après des victoires :

Laisse entendre que les objectifs sont atteignables (fixation d’objectifs SMART)

Laisse imaginer que l’accompagnement par le management va nous permettre de célébrer ces victoires pour nourrir notre satisfaction personnelle et notre besoin de considération.

Le bonheur : un lien avec soi-même

 

Refais chaque jour le serment d’être heureux.

Alain dans Propos sur le Bonheur

 

Cette citation nous invite dans le rapport à soi-même.

En nous incitant à approfondir des thèmes comme :

- Refais :

tout ne vient pas en une fois

- Chaque jour :

la constance est longue à obtenir ; il nous est demandé de persévérer.

- le Serment :

Selon Wikipédia

Un serment est, d’une manière générale, une affirmation solennelle et codifiée qu’une personne fait par voie orale en vue d’attester la vérité d’un fait, la sincérité d’une promesse, l’engagement de bien remplir les devoirs de sa fonction.

On sent que cet acte n’est pas donné à la légère. C’est un engagement solennel que l’on prend avec soi-même.

- d’être Heureux

On comprend le rôle d’acteur que nous avons dans la démarche du bonheur dans cette citation d’Alain.

N’attendons pas le Bonheur, cultivons-le comme un rendez-vous avec nous-même !

 

Il m’est arrivé lors d’une formation « Bien-être » que des participants évoquent la lourdeur de commencer la journée avec des éléments qui les gênent encore de la journée précédente.

« Refais chaque jour » nous invite à faire un reset sur les émotions précédentes.

 

bonheur et performance

Documentaire Arte de janvier 2015

En janvier 2015, Arte a frappé fort pour contribuer à affirmer l’association des mots « bonheur » et « travail ». Depuis, des mois se sont passé et beaucoup de choses ont évolué. Vous trouverez en cliquant sur Le Bonheur au travail sur Arte des outils qu’Arte met à votre disposition. Vous pouvez réaliser un questionnaire pour savoir si vous êtes heureux au travail et afficher une cartographie (la Dataviz)  pour explorer les pays européens selon les critères qui font le bonheur au travail. Vous pourrez même comparer les pays entre eux. C’est très intéressant. Allez y faire un tour !

Les KPI alimentent-ils un cercle vertueux ou un cercle vicieux ?

 

Les KPI sont au service de la stratégie de l’entreprise. Ils vont vivre et font alors naitre des chiffres factuels, reflets d’une réalité. Ce qui devient intéressant au niveau des équipes c’est comment les équipes vont-elles s’approprier cette réalité ?

De quelle façon ces infos concrètes vont-elles être gérées dans l’entreprise ? Selon son attitude et ses décisions,  le management va 1) créer l’émulation et l’adhésion au cercle vertueux ou au contraire

2) générer des peurs et un cercle vicieux, engendrant indirectement, stress et arrêt de travail.

Le 22 janvier 2015, Elodie BUZAUD a rédigé un article sur le site de Cadremploi.

http://www.cadremploi.fr/editorial/actualites/actu-emploi/detail/article/la-pression-du-chiffre-fait-mal-a-la-sante-des-cadres0.html

L’article mentionne notamment la Direction Participative Par les Objectifs. C’est une méthode que j’ai éprouvé à mes débuts professionnels lorsque dans l’industrie pharmaceutique, j’étais responsable d’un secteur. En 1993, nous fixions nos objectifs terrain avec le directeur régional. Et comme ce chiffre n’était pas « pondu » par la direction, les gens du terrain était motivé pour réaliser ce sur quoi ils s’étaient eux-même engagés. Quelle motivation, quelle émulation ! Parce que on nous faisait confiance, et la responsabilisation amène le dépassement de soi !! Libérez l’être humain dans l’entreprise par la réalisation personnelle et la responsabilisation.

 

 

Le pays du bonheur national brut

Hier, pour mon anniversaire, nous sommes allés diner dans un restaurant coréen. Dans la salle du fond, une femme animait une conférence. Quelques bribes de phrases arrivaient jusqu’à nous et j’ai compris qu’elle parlait  du Bouthan…alors me revoilà sur le blog « Bonheur et performance ». Vous vous demanderez peut-être où je veux en venir ? Savez-vous que le Bouthan est le premier pays a avoir mis en place le Bonheur National Brut comme mesure nationale ?  Pour en savoir plus, je vous invite à consulter la page Info-Arte  http://info.arte.tv/fr/bhoutan-au-pays-du-bonheur-national-brut

Lancé en 1972, le « nouveau paradigme » s’appuie sur quatre piliers : la protection de l’environnement, la conservation et la promotion de la culture bhoutanaise, la bonne gouvernance et le développement économique responsable et durable. Aujourd’hui, le BNB irrigue toute la vie du pays, entraînant de profonds bouleversements dans l’agriculture (objectif : 100% biologique en 2020), l’éducation nationale, où l’on prépare les élèves à devenir des « ambassadeurs du changement », la gestion des ressources naturelles (réglementation stricte de l’abattage des arbres et de l’exploitation minière), la santé – gratuite pour tous -, le tourisme – haut de gamme -, ou le commerce (non adhésion à l’Organisation mondiale du commerce). Le film raconte le développement du BNB à travers le témoignage de hauts responsables mais aussi d’acteurs de terrain, habités par une vision du bonheur et du bien commun qui a fait l’objet d’un rapport très remarqué aux Nations unies. Dépaysement assuré au pays du dragon tonnerre, passé du Moyen Âge à la modernité en moins de cinquante ans : une voie vers une société durable et plus équitable ? De Marie-Monique Robin, Guillaume Martin, Françoise Boulègue et Marc Duployer – ARTE GEIE / M2R Productions (réalisé avec le soutien du CNC) – France 2014 – See more at: http://info.arte.tv/fr/bhoutan-au-pays-du-bonheur-national-brut#sthash.MedPWpU7.dpuf

Il a fait des émules car nous sommes en train d’en entendre parler en France sous différentes formes :

été 2014 Francois Roux publie « Le bonheur national brut » aux Editions Albin Michel, sélectionné pour le prix des libraires 2015

Pour l’acheter, c’est ici -> http://www.decitre.fr/livres/le-bonheur-national-brut-9782226259738.html#ae103

Les 7 conseils pour mettre en place les indicateurs de performance

L’utilisation des KPI -Key Performance Indicators- s’est développé depuis les 20 dernières années pour devenir un incontournable des entreprises efficaces.

Dans mon ancienne activité professionnelle, je dirigeais un service dont une des missions était l’analyse des données et la mise en place des plans d’actions régionaux. Inutile de préciser que nous fonctionnions avec les KPI depuis de nombreuses années. L’intérêt des KPI est de fournir une vision synthétique à la direction, au Codir, aux différents chefs de services et aux employés. Une analyse suivie à tous les niveaux pour décliner la stratégie de l’entreprise.

Voici quelques conseils pour que les critères de performance soient totalement bénéfiques.

Bien choisir les KPI par une réflexion en amont et à tous les niveaux de la hiérarchie

Relier les Kpi aux objectifs

Trop de KPI tue l’info : sélectionner les indicateurs

Assurer le suivi régulier des KPI : automatiser la génération du suivi et soigner la présentation

Analyser les écarts entre l’attendu et le réel

Faire naître des décisions concrètes à tous les niveaux suite à l’analyse des KPI

Accompagner le middle management qui se retrouve trop souvent seul entre la direction et les équipes à gérer les inconforts émotionnels que procurent l’analyse des chiffres.

Les Kpi sont l’affaire de tous. La déclinaison et l’appropriation de ces indicateurs par tous donnera la force à la dynamique que requiert l’entreprise pour l’atteinte de ses résultats.



 

Le bien-être en centre d’appels

le bien-être au travail dans call center
Les mots du bien-être en call center

 

 

Les mots du bien-être…

J’ai demandé aujourd’hui à des employés d’un centre d’appels de me donner les mots qui leur viennent à l’esprit quand ils entendent  « Bien-être au travail ».

Voici ce qui en ressort :

 

Harmonie

Qualité d’écoute des clients et qualité de réception de leurs appels

Ambiance

Esprit positif, sourire

Acteur de l’ambiance

Bonne entente

Communication fluide

Environnement agréable et confortable

Lumière naturelle

Sensation de profondeur, de perspectives

Lien avec l’environnement extérieur depuis le bureau.

On constate que les personnes ont nommé des facteurs externes et des facteurs internes à leur bien-être.

Les facteurs externes concernent les autres collègues et les qualités du lieu.

Les facteurs internes concernent leur rôle dans l’interaction entre collègues ainsi que leurs propres capacités à se concentrer sur l’appel client.
Même si elles constatent qu’il est important de se sentir bien dans une équipe qui fonctionne en harmonie, certaines personnes évoquent leur niveau d’implication nécessaire pour que l’ambiance soit à la hauteur de leurs espérances.  Certains ont bien conscience de leur rôle d’acteur.

Commencez par changer en vous ce que vous voulez changer autour de vous. – Mahatma Gandhi

Bonheur et performance

Dans notre société, le bonheur est souvent en opposition avec performance.

Le bonheur est dans le choix.

La performance est une obligation pour certains.

Conjuguer le bonheur et la performance, c’est peut-être ouvrir une piste pour libérer l’individu de son obligation de réussir.

Choisir le bonheur est devenu un acte militant. Etre en bonheur semble étonnant aux yeux de beaucoup. Non, je ne suis pas à part… je suis juste humaine, consciente de la richesse de la Vie.
Avec cette folle envie de « vivre le bonheur tant qu’il en est encore temps ».

Choisir le bonheur, c’est être à la bonne heure !  Maintenant, c’est la bonne heure…la bonne heure pour profiter, la bonne heure pour choisir, la bonne heure pour échanger, la bonne heure pour dire non, la bonne heure pour vivre, la bonne heure pour réussir, la bonne heure pour concrétiser.

J’ai bien dit maintenant… hier c’est déjà trop tard et demain n’est pas encore là.

 

C’est quand le bonheur ?

L’éducation que nous avons reçue de toujours croire que le bonheur viendra… plus tard.

Il est bonne heure moins le quart.

Je me souviens d’une personne en fin de vie. Ses propos m’avaient parlé.

Elle et son mari vivaient de cultures et produisaient des fruits et légumes. Elle se rappelait ses années de labeur, dures et sans répit. « IL y avait toujours des cassis, des courgettes ou des pommes de terre à cueillir, laver et trier.

Je me disais qu’un jour je profiterai de ma retraite, je ferai un voyage avec mon mari, ce que nous n’avons jamais fait de notre vie car il fallait être présents, toujours présents.

Et au seuil de cette porte qui allait s’ouvrir vers une liberté rêvée, on m’a diagnostiqué un cancer. Et voilà… patatra les rêves de voyage. Me voilà sur ce lit, sans jamais avoir profité de rien ! »

Ce blog est là pour dire n’attendons pas …Il est l’heure du bonheur !

Créons un cercle vertueux qui nous permet d’être performant pour soi et pour les autres.

Souvenez-vous des jours où vous êtes bien dans votre peau. N’êtes-vous pas plus performant dans vos activités ?
Debout ! Nous pouvons être heureux et productifs en même temps.

C’est parce que je suis convaincue de cette idée que j’ai envie de partager les enjeux du bonheur comme source d’innovations et de compétitivité.